Si vous n’étiez pas convaincu que nous vivons dans un état policier, ce samedi 12 décembre 2020 marquera une montée en puissance de la répression exercée sur les manifestants, rappelons que manifester est un droit inscrit à la constitution.
5 000 manifestants pour 6 000 policiers et gendarmes à Paris (chiffres du ministère de l’intérieur), plus leurs armes et il ne sont pas limités dans leur usage (grenades de désencerclement, lacrymos, LBD, matraquage), plus les motos de la BRAV, plus les véhicules lances à eau.
Le grand jeu, on montre sa force. 150 000 policiers en France.
Dissolution de la manif à 18 h précise, un nuage irrespirable, les hordes se sont resserrées précipitant les derniers courageux dans les bouches de métro. Est-ce une façon de traiter les Français ?

Une démonstration de force pour le moins suspecte

Darma-Nain veut prouver son efficacité, les Black Blocs sont sur la sellette.
Détrompez-vous, les Black Blocs c’est du pipeau médiatique, le feu à une poubelle et la violence des paroles se déchaîne sur les TV, toujours les mêmes depuis plus de 2 ans, présumés spécialistes des mouvements sociaux, petits chefs militaires à la retraite, ou encore la haine de la REM fidèle à son dictateur.
Mais voilà ! Ce samedi, les 500 black Blocs annoncés la semaine précédente avaient disparu. Le ministère apparemment moins informé.
Ou bien les Black Blocs ne seraient-ils pas des Black Blocs ? Alors qui seraient-ils pour être si soudainement devenus invisibles ?
Mais alors, s’il n’y avait pas de Black Blocs, pourquoi les policiers étaient-ils si nombreux ? Les médias tournent à l’envers, 500 puis plus rien.

Plus de flics que de manifestants

Je pensais que ces scénarios appartenaient aux auteurs de romans ou de films pessimistes nous décrivant le tunnel de l’enfer.
La fiction est rattrapée par le présent.
Dans le passé, les légions romaines, ou les fantassins napoléoniens, mais aujourd’hui les forces noires du désordre.
Les images sont choquantes, je vous l’assure !
Ne vous confondez pas, je nomme forces noires, non pas les Black Blocs mais la garde macronienne.

Mediapart ont aussi analysé ce 12 décembre

Et pour prouver leur efficacité, ils foncent dans le tas, peu importe qui, tous suspects, on embarque : 142 arrestations de personnes à Paris, où le plus grand nombre a exprimé sa colère simplement en chantant, sans violence aucune, sans arme. Beaucoup de manifestants furent blessés, la liste des Street Medics est longue. Ce fut pure brutalité !
Des civils, femmes, enfants, anciens, et militants, tous Citoyens Français, ont été canalisés par des bataillons de CRS équipés et prêts à en découdre, les rues obstruées par des cohortes de policiers, gazant à profusion tout ce qui passait.

Mediapart conclu comme nous, lire : Gérald Darmanin a maquillé les chiffres des interpellations lors de la manifestation à Paris | Mediapart

Samedi 12 décembre, sur CNEWS : Nouvelle doctrine ! On fonce dans le tas.
Mais où sont les Black Blocs qui ont subitement disparus de la scène médiatique ?
Le vocabulaire des mierdas a changé :
Nous sommes qualifiés sur les TV de Hooligans politiques.
Certainement en référence à Piotr Pavlenski qui se qualifie artiste politique.
Des terroristes, comme beaucoup de simples manifestants Gilets jaunes depuis 2018 et répertoriés fichier S.

Rassurez-moi, ah ben non, pas rassuré

Un policier fait bien le serment de défendre et protéger les Français ? Je doute franchement, ça ressemble plutôt à des collabos(rateurs) de l’élysée, ça vous dérange ? J’appellerai plutôt ça une milice privée puisqu’elle se trouve au service du petit roi, pas assez riche pour payer de ses deniers. Et à les voir je ne les reconnais pas citoyen français, la rue est en mouvement pour protéger nos droits et libertés et les leurs d’une fois. La honte que ce doit être pour leurs ancêtres qui étaient dans la rue pour défendre leur retraite et un salaire décent.
Avant on disait un gardien de la paix maintenant les médias les nomment les forces de l’ordre. Quel ordre servent-ils ? Je vous pose la question. Parce que l’on avait l’ordre des Templiers, les Rose-Croix ou autres, maintenant ce serait plutôt l’ordre mondial, mais avant d’y être, nommons l’ordre macronien, une drôle de façon de mettre de l’ordre que de faire peur aux foules.
C’est par la contribution des citoyens que la police est payée, vêtue et armée. Nous payons pour qu’il nous contrôlent, nous rackettent et nous tapent dessus. On marche sur la tête.
Contre qui nous défendent-ils ? Sommes-nous agressés, oppressés, menacés, par un agent extérieur ou un démon ? Les Black Blocs nous accompagnent, nous les manifestants, et leur façon de s’exprimer est seulement un peu plus forte, il n’y a pas mort d’homme que je sache. Que font les milices macroniennes dans la rue avec leur costumes noirs, des déjà vus dans la guerre des étoiles ? Y serions-nous déjà ? Ils sont là pour terroriser les bonnes gens, ceux en particulier qui viennent dire qu’ils ont faim et n’y arrive plus pendant que les suceuses de la finance sont à l’oeuvre, leur volant le peu qui leur permettait de vivre à peu près.

Prenez conscience de ce qu’il se passe, transmettez ce message à vos amis et voisins, parce que, perso, ce monde je n’en veux pas pour mes enfants.

Découvrez qui a écrit ce texte :

NOUS sommes en guerre, oui ! NOUS, les non-essentiels, NOUS, les inutiles, NOUS, les riens, NOUS, les Lumières plongées dans l’ombre, NOUS, les Gens de l’Esprit et de la Culture, NOUS, les restaurateurs, ceux des plaisirs de la bouche et du plaisir tout court, Oui, NOUS sommes en guerre, NOUS, les personnels et techniciens du spectacle, ceux des théâtres et des cinémas, NOUS, les Acteurs et les Comédiens mis aux arrêts forcés, NOUS, les Musiciens, NOUS tous que vous considérez comme des paresseux mais ne rêvons que de travailler, Et tous ceux de la nuit, ce monde qui vit la nuit, cette nuit NOIRE que vous associez au Mal, cette peur médiévale qui accompagne la nuit quand le Diable revient, ce Mal qui grandit quand le soleil s’est couché, – désormais après 20h -, ce Mal viral dont la définition change au gré de vos humeurs, cette menace invisible d’abord définie comme létale, mais dont la dangerosité s’estime désormais en terme de « cas », (d’où la suggestion de recourir à des tests massifs afin d’obtenir des grands nombres impressionnants), dans l’intention de soumettre à se faire vacciner dans l’urgence une opinion publique de plus en plus sceptique, malgré la pression permanente des médias, elles-mêmes sous surveillance. NOUS, que vous traitez avec un détachement scandaleux, Oui, NOUS sommes en guerre contre VOUS ! Contre le Janus qui répète qu’il « assume », lui qui se croit doué d’un super pouvoir de séduction absolu, qui lui permet d’envoûter et de berner comme un camelot tous ceux qu’il rencontre, lui le Petit Prince tellement condescendant vis à vis du Peuple et de la classe moyenne, Oui. Nous sommes en guerre, Nous Contre cet orphéon de sous-fifres opportunistes qui improvisent au jour le jour une chorale cacophonique, cette ribambelle de technocrates cyniques feignant d’ignorer froidement les drames dans lesquels plongent ceux qui sont concernés par ces décisions iniques, VOUS, dont les discours lénifiants et versatiles conjuguent à la fois l’ignorance et l’absurde, Contre VOUS, dont les incohérences nous inondent comme des pluies acides sur notre forêt de rêves, Contre vos fausses promesses et vos effets d’annonce comme un coup de bluff permanent, affirmant des choses un jour, et le contraire le lendemain avec le même aplomb Trumpiste, Contre vos fanfaronnades ineptes et vos décisions inopinées, Contre vos lois votées en catimini, Nous sommes en guerre oui ! Contre les mafias milliardaires et autres géants de Big Pharma, Contre votre déni effectif des menaces climatiques au profit d’une consommation capricieuse et sa pollution d’objets inutiles distribués par le géant Amazon, En guerre contre une économie de cavalerie et de course en avant qui «invente» des milliards virtuels, et nous entraîne à court terme vers le grand délire d’une économie irréelle, comme une plongée dans un puits sans fond. La France n’est pas sereine, noyée dans une sorte de chaos et d‘écœurement causés entre autres par la surprotection d’une police répressive et les disputes intestines entre spécialistes illuminés aussi malsaines que des bagarres de rues entre bandes de supporteurs alcoolisées. La France n’est pas en paix avec elle-même, quand les mêmes qui dénonçaient les lois du califat imposant le silence et le voile, oui, les mêmes interdisent de la même manière depuis des mois à la fois le théâtre, la musique, les musées, les rencontres populaires (sportives ou artistiques), et puis les restaurants, les rassemblements de fêtes joyeuses et conviviales, et maintenant Noël en famille et la Saint Silvestre…Conscients que les enfants dans les écoles apprennent à devenir fous, oui, nous sommes en guerre, une guerre secrète, une guerre interne, pour l’heure encore en implosion, mais dont les conséquences seront graves. On devine la colère qui gronde et les gens désespérés sont prêts à exploser, prêt à se faire exploser, suicidaires. Un pouvoir si puissant soit-il ne tient que par l’acceptation ou le refus du Peuple d’obéir. Désormais NOUS sommes en guerre, oui, Pour défendre notre droit à continuer de vivre dignement, Pour défendre notre Liberté légitime et notre droit de penser autrement !
CharlElie COUTURE, le 11 décembre 2020.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Notez sa pertinence

Moyenne des notes 5 / 5. Vote compteur: 2

Soyez le premier à le noter

Cet article vous a été utile ...

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page