Jeudi 3 octobre, à Gourdon, l’association Campagne Glyphosate 46, en coordination avec la Campagne Glyphosate France, avait invité la population à vérifier son taux de pesticide(s) dans ses urines. Ce sera la quatrième et dernière opération de prélèvements dans le Lot. À cet effet, l’association lotoise était accompagnée d’un huissier et d’un véritable laboratoire dédié à la conservation des urines.

Philippe Coulloud, référent départemental Glyphosate 46, fait quelques révélations.

Question : Vous avez un premier constat ?

1 620 plaintes au tribunal

– À Gourdon, 44 personnes participèrent aux prélèvements d’urines et 40 plaintes furent déposées. À cette heure, sur 55 départements, 5 880 pisseurs et pisseuses ont rempli leur éprouvette destinée à un laboratoire indépendant en Allemagne et 1 620 plaintes vont être adressées au Pôle Santé Publique du Tribunal de Grande Instance de Paris, dont 170 plaintes proviendront du Lot.

Question : Vous avez un chiffre choc a annoncé ?

Le glyphosate, un fléau pour l’Humanité

– En effet, un chiffre édifiant : A ce jour, 100 % des analyses effectuées sont positives au glyphosate, les résultats des urines déjà analysées ont révélé une moyenne nationale de 1,28 ng/ml, soit 13 fois supérieur au taux maximum légal de référence de glyphosate dans l’eau potable qui et fixé à 0,1 nanogramme par millilitre (ng/ml). C’est invraisemblable, tous les Français ont des pesticides nocifs dans le corps, nourrissons et mangeurs bio inclus, les végétaux et les animaux de même, puisque ce sont eux qui reçoivent et mangent ce poison en premier, la société entière est empoisonnée.

Question : Qu’allez-vous entreprendre maintenant ?

Organisateurs de la Campagne Glyphosate 46, les pisseurs et pisseuses à Gourdon
Les organisateurs de Glyphosate 4 et quelques pisseurs et pisseuses du Gourdonnais.
Ils portent plainte.

Les actions de Glyphosate France

Nous exigeons le retrait immédiat des produits toxiques concernés et que le taux légal de glyphosate dans l’eau potable soit de zéro. De plus, nous attaquons en justice pour mise en danger de la vie d’autrui, tromperie aggravée et d’atteinte à l’environnement les décideurs politiques et responsables d’entreprise qui contribuent à diffuser ces produits sans analyse suffisante et contre les personnes en responsabilité des firmes fabriquant des pesticides à base de glyphosate, et contre les personnes en responsabilité des organismes ayant contribué à leur mise sur le marché.

Conclusion : Le glyphosate découvert dans 100% des analyses effectuées en France sur des humains signifie que notre biotope est tout autant contaminé : les sols, les sous-sol, les végétaux, qui sont les premiers à recevoir le poison, suivent les animaux qui mangent ces végétaux.
Les cultivateurs n’utilisant pas de pesticides et ne mangeant que leur production ont eux aussi leur analyse d’urine positive au glyphosate, pire, même constat pour les nourissons.

Consulter les précédents articles concernant l’association Glyphosate 46 :

Consulter les précédents articles de la Campagne Glyphosate 46

Cet article vous a-t-il été utile ?

Notez sa pertinence

Moyenne des notes 0 / 5. Vote compteur: 0

Soyez le premier à le noter

Cet article vous a été utile ...

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Sommaire
Glyphosate 46 - Un constat alarmant
Nom de l'article
Glyphosate 46 - Un constat alarmant
Description
Glyphosate 46 - Quatrième et dernier prélèvement d'urines dans le Lot. Un Constat alarmant décrit par Philippe Coulloud.
Auteur
Publication
Force citoyenne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page