En ce mois d’octobre, un 52ème suicide est annoncé et 5 membres de la préfecture de Paris tués, portant le total des disparus parmi la police à 57.

Article publié le 31 juillet, actualisé ce 19 septembre – L’intervention policière les samedis est fortement dépréciée par les Citoyens menant à remettre en cause les véritables objectifs de la police française. Un fait de plus qui tourmente les policiers, autant que les manifs durement réprimées ordonné par leur hiérarchie. Pour preuve : un 45ème suicide, bien peu relaté par les médias.

Nous ajouterons 6 nouveaux suicides en ce mois de septembre, portant à 51 les citoyens policiers décédés.
France-Police annonce un 51ème suicide

Nos policiers ne s’imaginaient pas en signant que ce serait pour cogner du gilet jaune, leurs voisins et amis. Et nous en sommes donc à 51 disparus parmi les forces de l’ordre. Du jamais vu, jamais vécu. Où est le problème ?

En effet, comment a-t-on pu accepter par le passé qu’il soit possible que des policiers payés par leurs Concitoyens Français reçoivent l’ordre incohérent de brimer ceux qui les nourrisse. Il devient prépondérant d’établir qui doivent-ils protéger ? Apparemment pas le Peuple.

Leur engagement : protéger. Mais qui ?

Une police pour les Français ou une milice pour l’Etat ?

Des Français pour taper sur des Français, comment en est-on arrivé là ?

Apparemment, coté police, oui cela les offense, ce mois de septembre connaissait le 51ème suicide d’un policier en 2019. Ce chiffre ne se nomme plus un malaise, mais un désastre, le résultat d’une politique de la répression.
Et qui en porte la responsabilité ? Des coupables sont en liberté, servant leurs horribles dessins de domination sociale.
Ces coupables ordonnent et la police exécute, et devinez qui est le chef des coupables ?
La démission de ces personnes, slogan crié dans les manifs est un bien bas mot, ces personnes méritent d’être jugées, et meurtre avec préméditation serait la peine requise pour n’importe lequel d’entre-nous.
51 policiers morts, auxquels j’ajoute onze gilets jaunes disparus eux aussi. Ça commence à faire, la note est salée. Je n’oublie pas les défigurés des manifs, quelle verdict pour un œil ou une main ?
Méditez sur le sujet.
Pour rappel : La condamnation de Christophe Dettinger.
Une peine aménagée de 30 mois de prison, dont 18 mois avec sursis. Christophe n’a provoqué aucune blessure, à mains nues contre un policier protégé (casque, bouclier, matraque), ce policier achevait de frapper une femme au sol. Justice où es-tu ?

Libérons notre police du joug de l’oligarchie en lui redonnant l’honneur de servir le Peuple.

Nous demandons, nous Citoyens, que la police ne serve qu’à défendre le Peuple Français et non l’oligarchie, les très riches, d’ailleurs les médias (les macronews), nomment la police : le dernier rempart de l’Elysée.
C’est pire, nous les payons pour protéger ceux que nous ne voulons plus, et nous encaissons les coups.

Manifester est un droit

Ah bon ! Vous ne vous trompez pas ?

Déclarations des manifestations

Le principe même de devoir déclarer une manif en préfecture est intolérable. Si c’est un droit, pourquoi donc avons-nous besoin d’une autorisation ? La rue appartient au Peuple.
Nos aïeux ont occupé les rues et les usines et croyez-vous qu’ils demandaient “Je peux faire grève ?”.
C’est clairement une manière d’orienter les forces de l’ordre sur un tracé précis pour mieux pouvoir intervenir.

Faisons acte de désobéissance civile, ne déclarons pas nos manifestations.

Nous avons mis à disposition un ensemble d’outils permettant aux manifestants de se défendre lors d’arrestations abusives à Gilets Jaunes – Outils

Pourtant citoyens parmi les citoyens

Ou est-il écrit que la police doit être présente lors des manifestations, c’est une mauvaise habitude qui s’est instaurée insidieusement, avec le temps vient l’habitude. La violence est déclenchée par la seule présence des forces du désordre, que font-elle là quand les citoyens défendent aussi leurs droits.

Police : Le nombre impressionne

Annoncé par le Ministère de l’intérieur, ils sont : 44 000 policiers et 98 000 gendarmes = 142 000, autant que les habitants de la ville Le Mans ou Brest. Avez-vous calculé ce que coûtent tous ces gens là, uniformes, salaires, armes, munitions, véhicules, carburant, le tout à nos frais, et leurs chefs je vous dis pas la paye. Des français ont faim et l’Etat fournit un arsenal toujours plus dangereux aux policiers pour l’utiliser contre ceux qui ont faim, contre le Peuple. 142 000 petits soldats bien armés pour nous réprimer. Le nouveau Monde devra revoir la copie coté petits soldats.
Ben oui, la police, contre qui d’autre ? Cette courte et simple analyse est bien la preuve établie d’une police de l’Etat, et je répète : que nous payons pour nous taper dessus, révoltez-vous !

Une milice doit être payée par celui qui l’emploie

D’ailleurs, on se demande bien pourquoi les policiers, à qui l’Etat doit pas mal d’heures sup. ne sont pas de notre coté. Mal payés, maltraités, mal aimés, et ils préfèrent le suicide.
Lors d’actions terroristes ce ne sont plus eux mais des brigades spécialisées avec fusil d’assaut. Un jour que nous n’espérons pas, ces brigades pourraient peut-être aussi intervenir dans les manifestations.
Alors, des milices dans le monde d’après, pour faire quoi ? C’est un point à remettre à plat.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Notez sa pertinence

Moyenne des notes 0 / 5. Vote compteur: 0

Soyez le premier à le noter

Cet article vous a été utile ...

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Sommaire
Suicide d'un 51ème policier. Un désastre politique ?
Nom de l'article
Suicide d'un 51ème policier. Un désastre politique ?
Description
Nos policiers ne s'imaginaient pas en signant que ce serait pour cogner du gilet jaune, leurs voisins et amis. Et nous en sommes à 51 disparus parmi les forces de l'ordre. Du jamais vu, jamais vécu. Où est le problème ?
Auteur
Publication
Force Citoyenne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page