Il y a quelques jours, dans le journal La Liberté, une citoyenne courageuse publie le texte qui suit. La question que vous devez vous poser est: qu’est-ce qu’on cache ?

Au passage, je dois dire qu’alors que les citoyens, quelques-uns, se sentent concernés, mon monde professionnel, les experts de la sécurité des aliments, ne s’intéresse aucunement comme tout ceci est normal. C’est ce qui me dérange le plus, car comment peut-on faire confiance dans la sécurité des aliments si, par leur silence, les professionnels se rendent complices de la “corruption” (le terme est utilisé dans son sens large). Comment est-ce possible que presque personne de ce secteur de la santé et d’alimentation ne se pose de questions ou commente les évènements ?

Qu’est-ce qu’on couvre par ce silence ? Alors que quand le procès contre Nestlé commençait, les médias l’on annoncé en grande pompe. Je vous prie de voir les images (le podcast ci-joint) de la télévision suisse qui annonce le procès dans les nouvelles du soir. Là, on refuse de rapporter le résultat ? Pourquoi ? Ne regardez pas seulement la fumée, cherchez le feu !

La manque de professionnalisme dans tous secteurs: alimentation, santé, judiciaire, communication et journalisme! Là est le problème.

Voici le texte de Madame Serèn Guttmann dans le journal La Liberté du 18 mai 2019.

“Un silence assourdissant…

Lors de l’émission Infrarouge (RTS du 8 mai 2019) a-t-on voulu rendre muette la lanceuse d’alerte Yasmine Motarjemi pour éviter de rappeler les dysfonctionnements chez Nestlé?

Pourquoi n’avoir rien dit de son combat épuisant contre la multinationale qui avait choisi cette scientifique de haut vol comme directrice de la sécurité alimentaire au niveau mondial ? Pourquoi cette femme intègre a-t-elle été harcelée, humiliée alors qu’elle avait demandé à sa direction un audit afin de corriger de dangereux risques sanitaires ? Refus au nom de l’optimisation financière ?

Certes, son procès en appel est en cours, mais ce combat exemplaire méritait une présentation. La RTS l’avait interviewée, lui promettant en vain un droit de suite. A l’exception du Courrier qui a rendu compte du jugement (article repris par La Liberté du 2 mars dernier) aucun média n’a suivi ce procès qui nous concerne tous. Le harcèlement a été reconnu, Nestlé l’avait toujours nié, prétendant paradoxalement avoir pris des mesures pour éloigner non pas le harceleur, mais la victime. Elle a été licenciée.

Ne déconsidère-t-on pas les authentiques lanceurs d’alerte qui se battent pour préserver l’éthique au sein de leur entreprise en donnant la priorité à certaines personnalités, choisies par Infrarouge, qui ont voulu monnayer leurs informations ?

N’est-il pas étonnant que le public n’ait même pas été informé que Yasmine Motarjemi et Julian Assange venaient de recevoir du Parlement européen de Strasbourg le Prix de l’information et des lanceurs d’alerte 2019? Prix créé en hommage à la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia assassinée en 2017 pour ses révélations.”

Son discours au Parlement Européen

https://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/proces-contre-nestle-la-multinationale-fait-face-a-de-lourdes-accusations-de-mobbing?id=7348335

Cet article vous a-t-il été utile ?

Notez sa pertinence

Moyenne des notes 5 / 5. Vote compteur: 4

Soyez le premier à le noter

Cet article vous a été utile ...

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page