De nombreuses personnes s’expriment à tort et à travers sur la situation politique actuelle, multipliant les erreurs de raisonnement et démontrant par là leur ignorance du fonctionnement de nos institutions. Par leur comportement, elles participent à la division et au découragement général. Qu’elles aient conscience qu’en agissant de la sorte, elles n’agissent pas en résistant mais comme complice objectif de Macron et du système. Je sais la déception, le désespoir et la colère qui animent nombre d’entre nous. Mais nous n’avons malheureusement pas le temps de nous apitoyer sur notre sort. Le camp de Macron et de ses partisans sont déjà en train de se mettre en ordre de bataille.

Face à cela, il faut raisonner vite, et aussi froidement que l’adversaire

Alors mettons les choses au clair pour que chacun puisse ensuite prendre sa décision en toute connaissance de cause. Il n’aura échappé à personne que le plan A consistant à empêcher la réélection de Macron a échoué. C’était malheureusement prévisible et il est totalement inutile et contre-productif de chercher des responsables parmi tous ceux qui ont lutté contre lui pendant ce quinquennat. Vu l’écart conséquent de voix constaté au second tour, les seuls responsables sont les classes favorisées (cadres supérieurs et retraités aisés), les journalistes des médias mainstream qui auront largement favorisé leur poulain, et les milliardaires qui détiennent lesdits médias. J’ai une information très importante à vous révéler : ils ne sont pas sur cette page. Donc si vous cherchez des boucs émissaires ici, passez votre chemin. Car il est inutile de déverser votre frustration, aussi légitime soit-elle, sur les gens de bonne volonté.

Le plan B

Ceci étant dit, et dans la situation actuelle (aussi insupportable soit-elle), il ne nous reste plus qu’à nous rabattre sur le plan B (élections législatives) pour tenter d’éviter l’ultime recours du plan C (combattre dans la rue avec toute la répression et les souffrances que cela implique).1) A ceux qui pensent que les élections législatives ne servent à rienJe ne vais pas revenir en détail sur ce qu’est la cohabitation. J’ai fait deux vidéos sur Praxis pour l’expliquer en long, en large et en travers, ainsi qu’un thread sur Twitter. Si vous n’avez pas vu tout cela, et que vous n’êtes pas sûrs de savoir ce qu’est la cohabitation, je vous invite à en prendre connaissance ou à vous renseigner par vous-mêmes.
Ce que chacun doit avoir à l’esprit, c’est qu’en situation de cohabitation, le 1er Ministre est totalement indépendant vis-à-vis du Président de la République. Car il ne tire pas sa légitimité et sa nomination du Président, mais de la majorité parlementaire. C’est une situation radicalement différente de celle que nous connaissons sans discontinuité depuis 20 ans (2002). Par conséquent, quand Mélenchon lance un appel pour que les français « l’élisent Premier Ministre », il ne trahit rien ni personne. Il ne s’agit pas pour lui de s’allier à Macron, mais au contraire de s’imposer face à lui pour lui retirer une grande part de ses pouvoirs. Si l’Union populaire obtenait la majorité, Mélenchon serait, sur le plan institutionnel, en mesure d’appliquer son programme. Et cette réflexion vaudrait tout aussi bien si demain le Rassemblement National emportait la majorité des sièges à l’Assemblée.

Un petit cours de droit

En cas de cohabitation, oubliez aussi les ordonnances, le 49.3, l’Etat d’urgence ou le conseil de défense pour gérer le Covid. Toutes ces prérogatives relèveraient du 1er ministre et non du Président de la République qui serait relégué au rang de spectateur. Donc de grâce, à tous ceux qui se prennent pour des experts en droit constitutionnel en utilisant des formules comme « Ouai mais Macron il va utiliser le 49.3 », « Ouai mais Macron c’est un malin il va … » alors que n’avez jamais suivi un cours de droit de votre vie, taisez-vous et ouvrez bien vos oreilles. Une mobilisation suffisamment importante des opposants à Macron aux élections législatives peut produire deux scénarios redoutables (et très redoutés par Macron et ses soutiens) : – Soit une cohabitation est imposée à Macron, ce qui renverse totalement le résultat de l’élection présidentielle car le gouvernement sera désigné par la majorité parlementaire élue et pourra donc appliquer son programme ;- Soit aucun parti politique n’obtient de majorité ce qui bloquerait les institutions et la formation d’un gouvernement. Ces deux hypothèses valent bien mieux que la troisième où Macron obtient sa majorité car là, on connait la suite (retraite à 65 ans, RSA conditionné à une activité, restriction des libertés etc… bref, enrichissement des plus riches et appauvrissement de tous les autres).

Le 3ème tour peut tout renverser

En résumé, il y a un bien « troisième tour » qui peut permettre soit de renverser la présidentielle, soit à tout le moins de neutraliser Macon.
A ceux qui pensent que Macron obtiendra forcément une majorité aux législatives. On ne va pas se mentir. Les chances d’empêcher Macron d’obtenir une majorité sont relatives, mais ce n’est pas non plus impossible. Un sondage a montré que 66% des français souhaitent une cohabitation, ce qui confirme bien que 2/3 des français rejettent Macron. Il n’y aussi qu’à regarder les réactions des partisans de Macron, dont le « philosophe » Raphaël Enthoven, vociférer contre Mélenchon en considérant que cette histoire de « troisième tour » serait une atteinte aux institutions, voire un appel « anti-démocratique ». Qu’ils se montrent aussi virulents est la preuve qu’ils sont assez fébriles.

Mobilisez-vous, laissez les médias mentir

Alors qu’ils pensaient que l’affaire était dans le sac et qu’ils pouvaient à nouveau respirer tranquillement pour 5 ans, voilà qu’il faut encore franchir un obstacle de taille avec les législatives ! Si vous n’êtes toujours pas convaincus de l’intérêt de ces élections, ces réactions devraient au moins vous faire réfléchir, non ? Il faut aussi prendre en compte, comme je l’ai déjà expliqué, le niveau très fort d’abstention aux législatives (plus de 50% en 2017). Cela signifie qu’une plus forte mobilisation des opposants à Macron peut chambouler le résultat du scrutin. Enfin, et pour conclure, si nous n’avons aucune certitude sur le résultat des élections législatives à venir, nous savons en revanche ce qu’il adviendrait si Macron obtenait effectivement sa majorité : il ne resterait plus que le plan C, ce qui serait véritablement le pire scénario. Ce n’est donc pas le moment de se lamenter ou de se diviser. Le seul combat que vous êtes surs de perdre est celui que vous ne menez pas. Vous aurez tout le temps que vous voulez après les législatives pour agir comme bon vous semble, car nous ne disposerons de toute façon plus d’aucun moyen d’expression sur le plan institutionnel pendant 5 ans. Les portes de la prison seront fermées à double tour. Alors peut-être que les élections législatives ne sont qu’une toute petite lucarne difficile à atteindre, mais c’est le moment ou jamais. L’avantage de ce moyen, c’est qu’il suffit d’aller voter.

C’est rapide et sans risque

Chacun est donc libre de faire ce qu’il veut. Mais après les législatives, il sera trop tard pour regretter. PS : le combat que nous menons exigeant aussi du respect et de la discipline, une règle est instaurée sur cette publication. Tous ceux qui mettront un commentaire affirmatif laissant apparaître que son auteur n’a pas compris ce qu’est la cohabitation sera immédiatement banni de la page. Donc si vous n’êtes pas sûr de ce que vous affirmez, mieux vaut vous abstenir de commenter.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Notez sa pertinence

Moyenne des notes 4 / 5. Vote compteur: 6

Soyez le premier à le noter

Cet article vous a été utile ...

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page