Nous sommes abasourdis par cette annonce de plus d’un milliard d’animaux calcinés.

Depuis le mois de septembre, les forêts australiennes brûlent. Paysages lunaires et horreur sont à l’ordre du jour.

Nos dirigeants sont des assassins

Scott Morrison, premier ministre australien et climato-sceptique, n’a pas réalisé l’ampleur du drame qui inexorablement ravageait ce continent. Sécheresse, hautes températures, vents violents, tous les ingrédients se sont réunis pour rendre l’homme impuissant devant les murs de flammes, pas une goutte d’eau ne descendra du ciel, des centaines de feux tuent tout sur leur passage. Trois longs mois pour réagir, la vie animale, la vie tout court, n’est pas à l’ordre du jour de ce gouvernement, pas plus des autres d’ailleurs. L’Amazonie a connu le même sort lors des brûlis des agriculteurs, résultats : Peuplades autochtones et faunes déplacées, dont certaines en voie de disparition.

Où est l’erreur ?

Les kangourous, les koalas, et tous leurs congénères de “la faune sauvage”, sont les grandes victimes de ce ravage causé par l’homme. Si vous ne connaissiez pas l’enfer nous vous le présentons : pattes calcinés, asphyxies, et des cadavres partout où que vous alliez : 1 milliard ont péri. Merci aux trusts et ultra-riches qui encouragent la déforestation, qui ne pensent qu’au profit tout en sachant pertinemment qu’ils condamnent les générations futures, leur progéniture incluse. Peu importe, les actionnaires continueront à s’enrichir, là est la finalité : le profit.

1 milliard 250 000 animaux calcinés

Des conséquences alarmantes

Les conséquences sont très graves, les espèces animales australiennes, uniques et emblématiques, sont décimées. Les vents ont mené les fumées jusqu’à l’Argentine. Savez-vous que 10 000 km séparent les deux continents ? La volonté politique est absente : Pas de volonté en Australie, pas plus en Amazonie, et encore moins de la part des pays capitalistes, seul le profit reste maître.

Extinctions de masse, la fin d’un monde

Les industriels et les gouvernements continuent à contribuer à nous mener à l’extinction !
Est-ce notre destin ?
La planète ne peut nous nourrir plus, nous consommons trop. Mais attention si les actions baissent, vos impôts augmenterons, les revenus des actionnaires prédominent sur tout, même le vivant. C’est un assassinat collectif programmé.
Malgré les colères des Peuples, les constats des climatologues et des scientifiques, les inondations à répétition, les sécheresses, la pollution, rien n’y fait, nos dirigeants restent sourds. Une folie, nous allons connaître la sixième grande extinction de masse.

Le compte à rebours vers l’enfer

Le 10 décembre 2019, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a publié à l’occasion de la COP25 sa nouvelle Liste rouge des espèces menacées. Le chiffre des espèces dites menacées a augmenté de 1840, pour passer donc la barre des 30 000.
6413 espèces sont en danger critique d’extinction et 877 sont considérées comme déjà éteintes. Plus de la moitié des espèces d’arbres menacés de disparaître en Europe, les cultures sont ravagées par les intenses chaleurs et les pluies diluviennes.
C’est le début d’une lente agonie, pour l’instant, car les phénomènes extrêmes vont s’accentuer au fil des années et nous allons connaître l’enfer.


Partagez sur vos réseaux


Cet article vous a-t-il été utile ?

Notez sa pertinence

Moyenne des notes 0 / 5. Vote compteur: 0

Soyez le premier à le noter

Cet article vous a été utile ...

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page