Entre 2004 et 2012, les gouvernements brésiliens successifs avaient mis en place des mesures qui ont participé à la baisse significative de la déforestation de la forêt amazonienne. Aujourd’hui, les « poumons de la planète » sont en bien mauvais état : selon l’Institut national de recherche spatiale du Brésil (INPE), la déforestation reprend de plus belle et les perspectives ne sont guère réjouissantes avec l’élection de Jair Bolsonaro à la présidence de la République brésilienne, qui a fait de l’agro-business une priorité face à l’écologie.

Des chiffres qui sont désolants

Selon le ministère brésilien de l’Environnement, la déforestation de la forêt amazonienne s’est aggravée de plus de 13 % entre août 2017 et juillet 2018, soit 7 900 km² de défrichés contre 6 950 l’année précédente. Des chiffres qui ont de quoi inquiéter les défenseurs de l’environnement : selon Greenpeace, c’est 1,185 milliards d’arbres abattus, soit l’équivalent de 75 fois la ville de Paris, de 1 000 terrains de football ou d’un quart de la surface de la Belgique. Un constat dramatique tant sur le plan écologique que politique : 2018 signe « le début de la fin pour l’Amazonie » annonçait Fernando Haddad. « le projet économique de Bolsonaro va détruire l’Amazonie et la transformer en marchandises vouées à l’exportation » ajoutait Felipe Milanez, professeur à l’Université fédérale de Bahia. Or, près de 60 % de la forêt amazonienne se trouve sur le territoire brésilien…


Autrefois, les Huaorani étaient des semi-nomades vivant dans des maisons en feuilles de palmier, comme ici, dans la communauté de Cononaco Chico. La plupart se sont sédentarisés et vivent dans des habitations en béton et en bois.


QUEL ESPOIR POUR LA FORÊT AMAZONIENNE ?

Selon les scientifiques, tout n’est pas perdu. Les dernières années ont montré qu’une forte coalition et des mesures conservationnistes pouvaient inverser la tendance destructrice de la forêt amazonienne. Grâce à une politique environnementaliste, les gouvernements précédents étaient parvenus à faire descendre la disparition de la surface amazonienne à 5.831 km² en 1 an, soit une diminution de 80 % en 2015. Pour Emilio la Rovere, directeur du laboratoire d’études sur l’environnement de l’université fédérale de rio, on peut également compter sur les résistances de la société civile et les longues procédures politiques qui protègent l’Amazonie pour freiner les actions du gouvernement. Une forte coalition contre des mesures anti-écologiques peuvent faire pencher la balance et, avec un peu d’optimisme, inverser la tendance.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Notez sa pertinence

Moyenne des notes 0 / 5. Vote compteur: 0

Soyez le premier à le noter

Cet article vous a été utile ...

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page